Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2013

Google Zeitgeist : Here's to 2013

Google-Zeitgeist-Heres-to-2013-numerik.jpg

Après Youtube Rewind 2013 et la superbe illustration de Mario Zucca résumant l'année 2013, voici sur NUMERIK, http://numerik.blogspirit.com : Google Zeitgeist, Here's to 2013. 

Comme l'année dernière et l'année auparavant Google nous propose son récapitulatif de toute l'année 2013 en vidéo et sur son site dédié : Zeitgeist 2013.

Sur la musique de Jetta : "Feels Like Coming Home", revivez les temps forts de 2013 et découvrez ce que les Français ont recherché en 2013 dans cette vidéo. 

 Google-Zeitgeist-Heres-to-2013-numerik1.jpg

 Google-Zeitgeist-Heres-to-2013-numerik2.jpg

15/12/2013

Toute l'année 2013 dans une seule illustration

Beutler-ink-Heres_to_2013-Mario_Zucca-numerik.jpg

Afin de clore l'année 2013, l'artiste américain Mario Zucca vient de livrer une incroyable et magnifique illustration.

Intitulée Here’s to 2013, voici ci-dessous sur NUMERIK, http://numerik.blogspirit.com cette image en full HD. 

Commandée par l'agence Beutler Ink, l'artiste a représenté quasiment tous les personnages, événements ou sujets de la culture populaire qui vont bientôt faire parti du passé. 

On y retrouve des super-héros (Superman, Iron Man) mais aussi des musiciens (Daft Punk) et encore l'arrêt de Google Reader, les personnages des séries tv comme Game Of Thrones ou la fin de Breaking Bad, la sortie de la PS4 sans oublier la mort de Nelson Mandela, Lou Reed ou bien celle de Paul Walker et aussi Banksy à New-Yok ou bien comment se prononce GIF, le harlem-shake....

Incroyablement fournis en détails, je vous laisse découvrir cette illustration (cliquez sur les images pour zoomer) :

numerik,illustration, artwork, here's to 2013,Beutler Ink, mario zucca, culture pop, pop culture,

numerik,illustration, artwork, here's to 2013,Beutler Ink, mario zucca, culture pop, pop culture,